Rendre le numérique accessible à tous les citoyens

A l’occasion de la présentation de la 16ème édition du Baromètre du Numérique commandité par l’Arcep, le Conseil général de l’Economie, et pour la première fois par l’Agence du Numérique, Axelle LEMAIRE, Secrétaire d’Etat chargée du Numérique et de l’Innovation, a présenté ce matin des indicateurs sur la dématérialisation des services publics (utilisation des services dématérialisés par les citoyens, motifs de non utilisation, attentes vis-à-vis des pouvoirs publics).

sivic1Les résultats du baromètre montrent un écart entre les opportunités suscitées par le numérique et la fracture sociale qu'il crée dans les territoires. L'année 2016 reflète une confiance limitée des français dans le numérique : alors que 87% des citoyens se connectent tous les jours à Internet, seul 37% d'entre eux se sentent "confiants" dans son utilisation, un chiffre en baisse par rapport à 2015. Et si 85% des français disposent d'une connexion internet à domicile, encore 21% de cette tranche de la population ne se sent pas à l'aise pour l'utiliser.

L'utilisation des démarches administratives et fiscales en ligne est en nette progression avec 62% des français utilisateurs de ces services (contre 53% en 2015). Pourtant, plusieurs facteurs freinent l'utilisation d'une part de la population et renforce la fracture sociale. Le baromètre démontre la difficulté pour les personnes non-diplômées ou à bas revenu à effectuer des démarches en ligne.

La sécurisation des données personnelles apparaît également comme un facteur d'inquiétude pour 27% des français.

Dans une société qui se numérise de plus en plus, la nécessité de rendre le numérique accessible à tous les citoyens monte au premier rang des priorités de l'Agence Numérique. Afin de lever les freins identifiés par ce baromètre, l'Agence Numérique met en place le programme "Société Numérique" à travers quatre leviers d'action :

  • Le développement de schémas directeurs des usages et des services numériques, dans la continuité du déploiement des infrastructures très haut débit, permet aux collectivités d'élaborer leur stratégie en matière de développement de nouveaux usages et services numériques sur leurs territoire.
  • Le lancement de la coopérative des acteurs de la médiation numérique qui rassemble les acteurs de la médiation numérique, dispersés géographiquement et issus d'initiatives variées, dans l'objectif de mettre en oeuvre des actions généralisées à l'ensemble du territoire.
  • La mise en oeuvre d'un chèque numérique pour financer la prise en charge partielle ou totale des services de médiation numérique.
  • La création d'un laboratoire d'analyse et de décryptage du numérique pour renforcer l’information et la compréhension des usages numériques et orienter les politiques publiques.

En réponse aux difficultés financières des foyers les plus démunis, la loi du 7 octobre 2016 pour une République Numérique inscrit le droit au maintien de la connexion internet, un dispositif encore expérimenté par les départements de Seine-Saint-Denis et de Haute Saône et les quatre principaux fournisseurs d'accès à internet (Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free). Les ménages modestes de ces deux départements, qui ont des difficultés ponctuelles à payer leur facture d'internet pourront désormais demander une aide au Fonds de solidarité logement (FSL). Dans l'attente de sa réponse, ils disposeront d'un droit au maintien de leur connexion.


Déployer un Wifi public "Cigale" sur le territoire avec le SICTIAM

Depuis octobre 2016, le SICTIAM propose à ses adhérents la mise en oeuvre d’un réseau territorial de Wifi public appelé « Cigale ».

Issu d’un partenariat entre le Pôle Numérique et la société Yziact (Drôme, 2014), ce réseau de bornes Wifi se déploie progressivement sur tout le territoire français et dans tous types de lieux publics : entreprises, offices de tourismes, communes… L’intérêt du dispositif consiste à permettre aux touristes, habitants, salariés d’accéder à une connexion internet de façon continue, transparente et homogène.

Simplifier l'accès au Wifi public

L’usager, identifié une première fois, est reconnu et automatiquement connecté partout où les hotspots Cigale sont activés.

La solution, gratuite pour l’utilisateur final, répond aux nouveaux besoins des citoyens de plus en plus mobiles et connectés. L’accueil des touristes est amélioré avec l’installation de bornes en places publiques, dans les médiathèques ou les musées.

Le développement du commerce local est favorisé avec des habitants connectés « comme à la maison » au restaurant, chez le coiffeur, dans les cafés et les professionnels en mobilité bénéficient d’une connexion fluide pendant leurs déplacements.

Une solution simple et rapide pour les collectivités

La mise en oeuvre du Wifi Cigale est facilement accessible pour la collectivité désireuse de déployer ce mode de service public numérique. Il lui suffit de choisir les emplacements et de connecter les bornes à son réseau. Le SICTIAM joue son rôle de conseil et accompagne la collectivité dans ses choix.

Une connexion légale et sécurisée

Tout fournisseur d’accès Wifi à un public est tenu de mettre en place un système d’authentification des utilisateurs. Avec la solution Cigale, le respect de la réglementation et des obligations légales sont garanties par la société Yziact, opérateur de télécommunication déclaré à l’ARCEP. En s’authentifiant sur la plateforme d’administration, la collectivité accède à un portail pour gérer ses bornes. Elle peut par exemple limiter le volume de téléchargement ou d’envoi afin de préserver sa connexion.

Le dispositif Cigale respecte également le principe de neutralité du net qui garantit la non-discrimination des communications des utilisateurs. Cela signifie que, par défaut, aucun contenu ni aucun protocole n’est bloqué, à chaque établissement d’instaurer sa propre politique de filtrage.

Et les données ?

Les collectivités disposent ainsi des statistiques d’utilisation du service : nombre de connexion, volume de données échangées, types de périphériques utilisés, navigateurs et systèmes d’exploitation des utilisateurs, langage des appareils, déplacement des utilisateurs sur le territoire couvert… Ces statistiques pourront être utilisées par les collectivités pour créer un observatoire sur le territoire.

Toutes les données, anonymisées et disponibles en temps réel, sont réutilisables dans des applications, cartographies, visualisation, etc. Elles sont également mises à la disposition de l’ensemble du réseau open data de l’Etat français data.gouv.fr.

Une chartedu réseau Cigale garantit le caractère confidentiel des donnéespersonnelles collectées. Elles ne sont utilisées qu’à des fins d’exploitation du service et pour le respect des obligations légales. Les utilisateurs ne reçoivent aucune publicité et leurs données ne sont jamais revendue à leur insu.

Les bornes Wifi Cigale sont isolées du reste de votre réseau afin d’empêcher quelconque intrusion sur vos ordinateurs ou serveurs. Directement reliées au serveur d’Yziact grâce à un VPN (sorte de « tunnel ») sécurisé, le réseau local et les données du client sont ainsi protégés.

Proposer Cigale à ses citoyens

Le SICTIAM propose la mise en oeuvre du service Cigale à l’ensemble de ses adhérents à un tarif préférentiel (et en synergie avec le déploiement du réseau d’initiative publique dans les Alpes-Maritimes). Il assure le conseil pour l’installation des bornes et le support des utilisateurs administrateurs du réseau.

L’abonnement et les frais d’accès au service s’entendent par borne. Les frais d’accès au service sont réglés une seule fois, et intègrent la participation à la préparation, l’envoi du matériel et la contribution à l’ingénierie de la solution. L’abonnement mensuel intègre l’exploitation et la maintenance du service, ainsi que la prise de responsabilité légale par l’opérateur Yziact.

Tarif pour 3 ans d'engagement

Abonnement mensuel : 14,4€ TTC

Frais d’accès au service : 102€ TTC

Tarif pour 1 an d'engagement

Abonnement mensuel : 16,8€ TTC

Frais d’accès au service : 144€ TTC

Ces tarifs préférentiels sont proposés uniquement aux collectivités et établissements publics adhérents au SICTIAM.

Si vous le souhaitez, le SICTIAM peut réaliser l’étude préalable et l’installation des bornes (pour la partie « réseau ») aux tarifs en vigueur (180€/1/2 journée, 300€/journée), en fonction de la complexité de votre projet.

Deux modèles de bornes sont proposés, toutes deux éligibles à une installation en intérieure ou en extérieure (bornes étanches et résistantes à des températures allant de -30°C à +75°C).


Dossier Opendata : la donnée au service du citoyen

[vc_row][vc_column width="2/3"][vc_column_text]Dans l’optique du développement de« smart territoires », les données publiques devront s’ouvrir pour être réutilisables. L’actualité législative et réglementaire s’est accélérée depuis quelques mois pour pousser les administrations publiques à ouvrir leurs jeux de données dans des formats réutilisables par des machines, ceci afin de favoriser le développement de nouveaux services basés sur ces données.

Un cadre législatif en mouvement

La loi LEMAIRE, qui précise la loi NOTRe, donne l’obligation aux collectivités territoriales de plus de 3500 habitants et leurs EPCI de publier les documents publics relevant de la loi CADA de 1978 ainsi que les bases de données et autres documents d’utilité publique.

Dans le même esprit, la loi VALTER inscrit dans la loi le principe de gratuité des informations publiques. Plus récemment et dans l’élargissement de la loi NOTRe, le projet de loi pour une République Numérique oblige les administrations publiques à communiquer sur internet les documents relevant de la loi CADA.

Les objectifs du SICTIAM

Ces nouvelles lois représentent un important coût organisationnel et financier pour les collectivités territoriales. Le SICTIAM anticipe leur application pour permettre aux collectivité de répondre à ces nouvelles obligations le plus efficacement possible et en réduisant au maximum l’impact économique et humain.

L’objectif est de visualiser sous forme sémantique les données préalablement collectées par les collectivités sur leurs applications métiers en réutilisant au maximum des modèles standards existants (W3C, EU-ISA …), des données liées et des données de référence fournies par l’INSEE, Eurostat, l’ISO, etc.

Cette sémantisation des données a pour objectifs d’intégrer facilement tout nouveau jeu de données, quel que soit le métier, de contextualiser les données (référentiels) pour leur donner du sens et de faciliter leur réutilisation.

Les données seront ainsi partageables entre applications et entre les collectivités grâce au système de virtualisation de stockage Datacore d’Ozwillo. Standardisées et modélisées, les données pourront être publiées en Open data simplement et facilement réutilisables pour la création de services en ligne.

Pour favoriser la réutilisation des données, un travail de modélisation est à réaliser. L’accueil de chaque application nécessite une adaptation (une seule fois), quel que soit le nombre de collectivités utilisatrices.

Pourquoi ouvrir ses données ?

Toutes les applications seront réutilisées par d’autres territoires et permettront l’ouverture des données non-personnelles sans effort. La réutilisation des applications et leur évolution collective représente des économies d’échelle pour les collectivités. Ce projet représente une réelle innovation sociale grâce au partage de données à priori.

Le portail Open Data du SICTIAM est d’ores-et-déjà accessible et a pour vocation d’être alimenté des données produites par les adhérents du SICTIAM.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_column_text]

DOSSIER OPEN DATA

Des données précieuses mais difficilement exploitables

Le projet Open Data du SICTIAM

Un partenariat avec Ozwillo, plateforme open-source de données liées

Traitement des données internes aux collectivités

L’ambition du projet : un service de la données au service des usages citoyens

Sécuriser la donnée et protéger la vie privée, une nécessité avant tout[/vc_column_text][vc_single_image media="18392" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fwww.ozwillo.com%2Ffr%2F|||"][vc_single_image media="18393" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fopendata.data-ozwillo.org%2Forganization%2Fsictiam|||"][vc_raw_html]JTNDaWZyYW1lJTIwaGVpZ2h0JTNEJTIyMzAwcHglMjJzcmMlM0QlMjJodHRwcyUzQSUyRiUyRnd3dy55b3V0dWJlLmNvbSUyRmVtYmVkJTJGYUh4dl8yQk1KZnclMjIlMjBmcmFtZWJvcmRlciUzRCUyMjAlMjIlMjBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4lM0UlM0MlMkZpZnJhbWUlM0U=[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row]


Le projet Open Data du SICTIAM

[vc_row][vc_column width="2/3"][vc_column_text]Le projet Opendata du SICTIAM est intégré dans un projet plus large de « plateforme de services numériques » qui répond à trois ambitions.

Répondre de manière pragmatique à des besoins de services publics efficaces et de qualité avec100% des procédures sans papier.Les principaux enjeux résident dans la facilitation, la sécurisation, la traçabilité et la transparence des échanges entre les différents acteurs (citoyens, agents, entreprises, administrations, élus…). Une difficulté majeure demeure : les contraintes techniques, organisationnelles et juridiques qui entraînent des « ruptures de chaines » et forcentl’impression des documents.

Préparer le territoire de manière durable aux évolutions sociétales et aux futurs besoins de la “ville intelligente” et du big data.Répondre à cette ambition nécessite, d’une part, d’assurer la réutilisation des données entre les logiciels métiers et entre collectivités au sein d’un même territoire. D’autre part, il s’agit de permettre aux entreprises, dès lors que les données publiques sont partagées, de les réutiliser et de les enrichir.

Favoriser l’innovation par l’usage et l’émergence de nouveaux services, avec une « orientation usagers », c’est-à-dire en lui permettant d’accéder à tous les services publics et privés locaux avec un seul identifiant de connexion, sur un portail d’applications convivial et accessible en situation de mobilité (sur smartphone, tablette…)[/vc_column_text][vc_single_image media="18397" media_width_percent="100" alignment="center"][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_column_text]

DOSSIER OPEN DATA

Des données précieuses mais difficilement exploitables

Le projet Open Data du SICTIAM

Un partenariat avec Ozwillo, plateforme open-source de données liées

Traitement des données internes aux collectivités

L’ambition du projet : un service de la données au service des usages citoyens

Sécuriser la donnée et protéger la vie privée, une nécessité avant tout[/vc_column_text][vc_single_image media="18392" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fwww.ozwillo.com%2Ffr%2F|||"][vc_single_image media="18393" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fopendata.data-ozwillo.org%2Forganization%2Fsictiam|||"][vc_raw_html]JTNDaWZyYW1lJTIwaGVpZ2h0JTNEJTIyMzAwcHglMjJzcmMlM0QlMjJodHRwcyUzQSUyRiUyRnd3dy55b3V0dWJlLmNvbSUyRmVtYmVkJTJGYUh4dl8yQk1KZnclMjIlMjBmcmFtZWJvcmRlciUzRCUyMjAlMjIlMjBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4lM0UlM0MlMkZpZnJhbWUlM0U=[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row]


Un partenariat avec Ozwillo, plateforme open-source de données liées

[vc_row][vc_column width="2/3"][vc_column_text]Pour réussir ce projet, le SICTIAM travaille en partenariat avec l’association Ozwillo, qui apporte une infrastructure totalement open-source au projet du SICTIAM :

OZWILLO  est une « fabrique de données partagées ». Cette infrastructure se compose de :

  • Un store d’applications en ligne ouvert à la commercialisation de tout type d’applications, pour tout type d’entreprises, ou d’acteurs publics. Les applications se mettent en service en quelques « clics », les données d’une application sont réutilisables par une autre application en toute sécurité, et en garantissant le respect des données personnelles de l’utilisateur (ce portail d’application sera décliné en marque blanche).
  • Un cœur de données baptisé « Datacore », qui permet la modélisation des données en amont de leur utilisation par les applications, ceci afin de les rendre réutilisables. Les données produites directement par l’utilisateur sont réutilisables grâce à leur format sémantique. Sa facilité d’intégration et sa performance seront augmentés dans le cadre de ce dossier, notamment pour gérer les données issues d’objets connectés.
  • Une authentification unique, qui permet à chaque utilisateur d’accéder à ses applications avec un seul compte, et de gérer ses données personnelles (cette fédération d’identité sera adaptée facilement à France Connect, le projet de l’Etat pour la reconnaissance des utilisateurs par une unique authentification, car Ozwillo est basée sur le même standard d’authentification OAuth2 – OpenId Connect que celui retenu par l’Etat).

[/vc_column_text][vc_raw_html]JTNDaWZyYW1lJTIwc3JjJTNEJTIyaHR0cHMlM0ElMkYlMkZwbGF5ZXIudmltZW8uY29tJTJGdmlkZW8lMkYxMzg4Mzc4ODglMjIlMjBoZWlnaHQlM0QlMjIzNjAlMjIlMjBmcmFtZWJvcmRlciUzRCUyMjAlMjIlMjB3ZWJraXRhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4lMjBtb3phbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4lMjBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4lM0UlM0MlMkZpZnJhbWUlM0U=[/vc_raw_html][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_column_text]

DOSSIER OPEN DATA

Des données précieuses mais difficilement exploitables

Le projet Open Data du SICTIAM

Un partenariat avec Ozwillo, plateforme open-source de données liées

Traitement des données internes aux collectivités

L’ambition du projet : un service de la données au service des usages citoyens

Sécuriser la donnée et protéger la vie privée, une nécessité avant tout[/vc_column_text][vc_single_image media="18392" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fwww.ozwillo.com%2Ffr%2F|||"][vc_single_image media="18393" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fopendata.data-ozwillo.org%2Forganization%2Fsictiam|||"][vc_raw_html]JTNDaWZyYW1lJTIwaGVpZ2h0JTNEJTIyMzAwcHglMjJzcmMlM0QlMjJodHRwcyUzQSUyRiUyRnd3dy55b3V0dWJlLmNvbSUyRmVtYmVkJTJGYUh4dl8yQk1KZnclMjIlMjBmcmFtZWJvcmRlciUzRCUyMjAlMjIlMjBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4lM0UlM0MlMkZpZnJhbWUlM0U=[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row]


Traitement des données internes aux collectivités

[vc_row][vc_column width="2/3"][vc_column_text]Pour échanger des données entre plusieurs applications métiers, des interfaces doivent être créées. Ces développements spécifiques sont généralement coûteux et une réelle réflexion du besoin et de la nécessité est réalisée avant d’engager les dépenses.

L’ambition du projet est d’accueillir les données de l’ensemble des applications métiers des collectivités pour standardiser les échanges, sans surcoût et pour permettre des croisements des données en toute facilité.

Cette solution présente également un avantage dans les migrations de logiciels. En effet, la standardisation des données facilite leur récupération et leur conversion. Le coût pour les collectivités s’en trouvent nettement réduit.

L’Opendata et le Big Data ouvrent de nouvelles perspectives aux collectivités l’amélioration du traitement de leurs données.

Lire la suite.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_column_text]

DOSSIER OPEN DATA

Des données précieuses mais difficilement exploitables

Le projet Open Data du SICTIAM

Un partenariat avec Ozwillo, plateforme open-source de données liées

Traitement des données internes aux collectivités

L’ambition du projet : un service de la données au service des usages citoyens

Sécuriser la donnée et protéger la vie privée, une nécessité avant tout[/vc_column_text][vc_single_image media="18392" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fwww.ozwillo.com%2Ffr%2F|||"][vc_single_image media="18393" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fopendata.data-ozwillo.org%2Forganization%2Fsictiam|||"][vc_raw_html]JTNDaWZyYW1lJTIwaGVpZ2h0JTNEJTIyMzAwcHglMjJzcmMlM0QlMjJodHRwcyUzQSUyRiUyRnd3dy55b3V0dWJlLmNvbSUyRmVtYmVkJTJGYUh4dl8yQk1KZnclMjIlMjBmcmFtZWJvcmRlciUzRCUyMjAlMjIlMjBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4lM0UlM0MlMkZpZnJhbWUlM0U=[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row]


L’ambition du projet : la donnée au service des citoyens

[vc_row][vc_column width="2/3"][vc_column_text]

De nombreuses applications sont adaptées à l’utilisation et au partage de la donnée, dans chaque silo métier. Si les administrations françaises et européennes proposent à leurs usagers des services cloisonnés, l’ambition du SICTIAM est de proposer un service transversal pour l’usager, quelle que soit l’organisation en charge du besoin exprimé.

UN ESPACE DÉDIÉ À LA GESTION DE LA RELATION CITOYENNE

Chaque silo métier de l’organisation doitcommuniquer de manière dématérialisée avec les points d’accès aux services proposés par chaque collectivité.

L’enjeu principal de ce projet est de faciliter le partage et la réutilisation de la donnée en fonction de la situation d’usage, non plus uniquement en fonction de l’organisation administrative à laquelle le citoyen s’adresse, ceci au travers d’un espace de la gestion de la relation citoyenne.

Cette Gestion Relation Citoyen (GRC) désignel’ensemble des processus mis en oeuvre dans une collectivité pour optimiser le traitement des demandes des citoyens vers les services de l’administration et la communication de l’administration vers les citoyens. Les enjeux sont considérables, tant en termes de qualité du service rendu aux citoyens que de réduction des coûts de fonctionnement des services publics.

DES CITOYENS CONSOMMATEURS DE SERVICES PUBLICS LOCAUX

Depuis quelques années, le comportement des citoyens presse les collectivités à leur proposer de nouveaux canaux de communication comme le web, le SMS ou l’accueil téléphonique.

Avec l’arrivée d’Internet, les citoyens (notamment les familles) demandent de plus en plus à effectuer leurs démarches en ligne. L’essentiel des demandes concerne l’Etat-civil et les actes de la vie courante. Il est clair que le courrier électronique remplace progressivement le courrier papier. De plus, l’ordonnance n°2014-1330 du 6 novembre 2014 et un décret du 5 novembre du 2015 ont reconnu un nouveau droit aux usagers : lasaisine par voie électronique. Ainsi, depuis le 7 novembre 2015 pour l’Etat, et au 7 novembre 2016 pour les collectivités territoriales, un courrier électronique aura la même valeur qu’un courrier écrit à une administration publique.

On observe un accroissement du niveau d’attente des citoyens, devenus de véritables « consommateurs de services publics locaux ». Ils sont exigeants, impatients et attendent de la part de la collectivité́ une réactivité́ égale à celle des entreprises privées en terme de réponse et d’efficacité́.

La plateforme de services du SICTIAM embarque cette dimension de gestion des usages pour permettre à chaque usager d’obtenir des réponses concrètes quelle que soit l’administration de référence.

Lire la suite.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_column_text]

DOSSIER OPEN DATA

Des données précieuses mais difficilement exploitables

Le projet Open Data du SICTIAM

Un partenariat avec Ozwillo, plateforme open-source de données liées

Traitement des données internes aux collectivités

L’ambition du projet : un service de la données au service des usages citoyens

Sécuriser la donnée et protéger la vie privée, une nécessité avant tout[/vc_column_text][vc_single_image media="18392" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fwww.ozwillo.com%2Ffr%2F|||"][vc_single_image media="18393" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fopendata.data-ozwillo.org%2Forganization%2Fsictiam|||"][vc_raw_html]JTNDaWZyYW1lJTIwaGVpZ2h0JTNEJTIyMzAwcHglMjJzcmMlM0QlMjJodHRwcyUzQSUyRiUyRnd3dy55b3V0dWJlLmNvbSUyRmVtYmVkJTJGYUh4dl8yQk1KZnclMjIlMjBmcmFtZWJvcmRlciUzRCUyMjAlMjIlMjBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4lM0UlM0MlMkZpZnJhbWUlM0U=[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row]


Sécuriser la donnée et protéger la vie privée, une nécessité avant tout

[vc_row][vc_column width="2/3"][vc_column_text]

Un des enjeux de la gestion de la relation usagers est notamment degarantir une politique de sécurité adéquate. Cette politique de sécurité éthique des données devra garantir la souveraineté des données de l’ensemble du patrimoine informationnel.

Des mesures de sécurité seront mises en œuvre pour garantir la disponibilité, l’intégrité, la confidentialité des données et l’évaluation permanente des risques. L’identité numérique garantit l’accès aux services numériques à l’ensemble des publics sans distinction de leur statut, de leur localisation et de leur capacité en toute impartialité. Le SICTIAM, en tant que tiers de confiance reconnu par l’état, va accorder une place particulière dans la gestion des identités des citoyens par les actions suivantes :

  • Connecter le dispositif avec les nouveaux projets de l’état plateforme comme France Connect Usager et France Connect Agent quand il sera disponible.
  • Gérer l’étanchéité des données entre les bases de données des collectivités territoriales, tout en permettant à l’usager final des croisements de données, dans le respect des contraintes CNIL.
  • Déployer cette identité numérique auprès des acteurs publics et privés sur l’ensemble du territoire (interopérabilité des identifications entre systèmes non connectés nativement).

Cette politique permettra également une diffusion de l’information et un partage des connaissances pour accompagner l’innovation de tout porteur de projet, quel qu’il soit.

Il s’agit de s’assurer que la politique de sécurité ne puisse en aucun cas et à aucun moment priver l’utilisateur de ses libertés individuelles ou de ses droits fondamentaux, tout en lui facilitant la vie quotidienne et en lui évitant les ressaisies.

Retour à la première page du dossier.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_column_text]

DOSSIER OPEN DATA

Des données précieuses mais difficilement exploitables

Le projet Open Data du SICTIAM

Un partenariat avec Ozwillo, plateforme open-source de données liées

Traitement des données internes aux collectivités

L’ambition du projet : un service de la données au service des usages citoyens

Sécuriser la donnée et protéger la vie privée, une nécessité avant tout[/vc_column_text][vc_single_image media="18392" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fwww.ozwillo.com%2Ffr%2F|||"][vc_single_image media="18393" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fopendata.data-ozwillo.org%2Forganization%2Fsictiam|||"][vc_raw_html]JTNDaWZyYW1lJTIwaGVpZ2h0JTNEJTIyMzAwcHglMjJzcmMlM0QlMjJodHRwcyUzQSUyRiUyRnd3dy55b3V0dWJlLmNvbSUyRmVtYmVkJTJGYUh4dl8yQk1KZnclMjIlMjBmcmFtZWJvcmRlciUzRCUyMjAlMjIlMjBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4lM0UlM0MlMkZpZnJhbWUlM0U=[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row]


La Provence : L'Etat signe pour la "smart région"

Faire de Provence-Alpes-Côte d'Azur la première "smart région" d'Europe...

laprovence-20160807-forumthd2

Publié dans la Provence le 7 septembre 2016
Auteur : Jean-Luc CROZEL


L'Inria ouvre sa grande bibliothèque du logiciel

software-heritage_mediumLancé il y a un an par l'Inria, le projet Software Heritage est désormais ouvert au public. Ce projet à portée mondiale a pour objectif de "collecter, organiser, préserver et rendre accessible, à tous, le code source de tous les logiciels disponibles" en créant une sorte de Wikipédia de l'open-source. Déjà bien installé avec plus de 20 millions de projets logiciels, l'Inria lance aujourd'hui un appel international à contribution sur le site softwareheritage.org afin rassembler le patrimoine logiciel mondial. Ce projet, inscrit au cœur des enjeux technologiques et de recherche, permettra de "préserver et diffuser la connaissance aujourd'hui encodée dans le logiciel et augmentera notre capacité d'accéder à l'ensemble de l'information numérique".

Lire la news sur www.webtimemedias.com