Roubion commercialise ses quinze gîtes communaux en ligne

Roubion commercialise ses quinze gîtes communaux en ligne (06)

5 décembre 2016 - sur www.mairieconseils.net -Roubion

Mise en place en 2016 avec l’appui du syndicat intercommunal (Sictiam), opérateur public de services numériques, la réservation en ligne des quinze gîtes communaux de cette petite station de montagne est appréciée des touristes et libère l’office du tourisme de tâches fastidieuses.

logo - DR

© DR

Petite station de montagne de l’arrière-pays niçois, Roubion (113 habitants) dispose d’une quinzaine de gîtes communaux à disposition des vacanciers souhaitant profiter de la nature et de ses 20 pistes de ski.

Les touristes souhaitent un système de réservation 24h/24

Jusqu’à présent, ces chalets et appartements étaient loués par l’office de tourisme communal selon une procédure assez chronophage, et les touristes devaient téléphoner pour effectuer leur réservation. "Beaucoup de gens nous faisaient part des difficultés à joindre l’office de tourisme, qui a des horaires nécessairement limités et un seul agent à temps plein. A l’heure d’internet, les touristes veulent réserver quand...

Lire la suite.


Rendre le numérique accessible à tous les citoyens

A l’occasion de la présentation de la 16ème édition du Baromètre du Numérique commandité par l’Arcep, le Conseil général de l’Economie, et pour la première fois par l’Agence du Numérique, Axelle LEMAIRE, Secrétaire d’Etat chargée du Numérique et de l’Innovation, a présenté ce matin des indicateurs sur la dématérialisation des services publics (utilisation des services dématérialisés par les citoyens, motifs de non utilisation, attentes vis-à-vis des pouvoirs publics).

sivic1Les résultats du baromètre montrent un écart entre les opportunités suscitées par le numérique et la fracture sociale qu'il crée dans les territoires. L'année 2016 reflète une confiance limitée des français dans le numérique : alors que 87% des citoyens se connectent tous les jours à Internet, seul 37% d'entre eux se sentent "confiants" dans son utilisation, un chiffre en baisse par rapport à 2015. Et si 85% des français disposent d'une connexion internet à domicile, encore 21% de cette tranche de la population ne se sent pas à l'aise pour l'utiliser.

L'utilisation des démarches administratives et fiscales en ligne est en nette progression avec 62% des français utilisateurs de ces services (contre 53% en 2015). Pourtant, plusieurs facteurs freinent l'utilisation d'une part de la population et renforce la fracture sociale. Le baromètre démontre la difficulté pour les personnes non-diplômées ou à bas revenu à effectuer des démarches en ligne.

La sécurisation des données personnelles apparaît également comme un facteur d'inquiétude pour 27% des français.

Dans une société qui se numérise de plus en plus, la nécessité de rendre le numérique accessible à tous les citoyens monte au premier rang des priorités de l'Agence Numérique. Afin de lever les freins identifiés par ce baromètre, l'Agence Numérique met en place le programme "Société Numérique" à travers quatre leviers d'action :

  • Le développement de schémas directeurs des usages et des services numériques, dans la continuité du déploiement des infrastructures très haut débit, permet aux collectivités d'élaborer leur stratégie en matière de développement de nouveaux usages et services numériques sur leurs territoire.
  • Le lancement de la coopérative des acteurs de la médiation numérique qui rassemble les acteurs de la médiation numérique, dispersés géographiquement et issus d'initiatives variées, dans l'objectif de mettre en oeuvre des actions généralisées à l'ensemble du territoire.
  • La mise en oeuvre d'un chèque numérique pour financer la prise en charge partielle ou totale des services de médiation numérique.
  • La création d'un laboratoire d'analyse et de décryptage du numérique pour renforcer l’information et la compréhension des usages numériques et orienter les politiques publiques.

En réponse aux difficultés financières des foyers les plus démunis, la loi du 7 octobre 2016 pour une République Numérique inscrit le droit au maintien de la connexion internet, un dispositif encore expérimenté par les départements de Seine-Saint-Denis et de Haute Saône et les quatre principaux fournisseurs d'accès à internet (Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free). Les ménages modestes de ces deux départements, qui ont des difficultés ponctuelles à payer leur facture d'internet pourront désormais demander une aide au Fonds de solidarité logement (FSL). Dans l'attente de sa réponse, ils disposeront d'un droit au maintien de leur connexion.


Déployer un Wifi public "Cigale" sur le territoire avec le SICTIAM

Depuis octobre 2016, le SICTIAM propose à ses adhérents la mise en oeuvre d’un réseau territorial de Wifi public appelé « Cigale ».

Issu d’un partenariat entre le Pôle Numérique et la société Yziact (Drôme, 2014), ce réseau de bornes Wifi se déploie progressivement sur tout le territoire français et dans tous types de lieux publics : entreprises, offices de tourismes, communes… L’intérêt du dispositif consiste à permettre aux touristes, habitants, salariés d’accéder à une connexion internet de façon continue, transparente et homogène.

Simplifier l'accès au Wifi public

L’usager, identifié une première fois, est reconnu et automatiquement connecté partout où les hotspots Cigale sont activés.

La solution, gratuite pour l’utilisateur final, répond aux nouveaux besoins des citoyens de plus en plus mobiles et connectés. L’accueil des touristes est amélioré avec l’installation de bornes en places publiques, dans les médiathèques ou les musées.

Le développement du commerce local est favorisé avec des habitants connectés « comme à la maison » au restaurant, chez le coiffeur, dans les cafés et les professionnels en mobilité bénéficient d’une connexion fluide pendant leurs déplacements.

Une solution simple et rapide pour les collectivités

La mise en oeuvre du Wifi Cigale est facilement accessible pour la collectivité désireuse de déployer ce mode de service public numérique. Il lui suffit de choisir les emplacements et de connecter les bornes à son réseau. Le SICTIAM joue son rôle de conseil et accompagne la collectivité dans ses choix.

Une connexion légale et sécurisée

Tout fournisseur d’accès Wifi à un public est tenu de mettre en place un système d’authentification des utilisateurs. Avec la solution Cigale, le respect de la réglementation et des obligations légales sont garanties par la société Yziact, opérateur de télécommunication déclaré à l’ARCEP. En s’authentifiant sur la plateforme d’administration, la collectivité accède à un portail pour gérer ses bornes. Elle peut par exemple limiter le volume de téléchargement ou d’envoi afin de préserver sa connexion.

Le dispositif Cigale respecte également le principe de neutralité du net qui garantit la non-discrimination des communications des utilisateurs. Cela signifie que, par défaut, aucun contenu ni aucun protocole n’est bloqué, à chaque établissement d’instaurer sa propre politique de filtrage.

Et les données ?

Les collectivités disposent ainsi des statistiques d’utilisation du service : nombre de connexion, volume de données échangées, types de périphériques utilisés, navigateurs et systèmes d’exploitation des utilisateurs, langage des appareils, déplacement des utilisateurs sur le territoire couvert… Ces statistiques pourront être utilisées par les collectivités pour créer un observatoire sur le territoire.

Toutes les données, anonymisées et disponibles en temps réel, sont réutilisables dans des applications, cartographies, visualisation, etc. Elles sont également mises à la disposition de l’ensemble du réseau open data de l’Etat français data.gouv.fr.

Une chartedu réseau Cigale garantit le caractère confidentiel des donnéespersonnelles collectées. Elles ne sont utilisées qu’à des fins d’exploitation du service et pour le respect des obligations légales. Les utilisateurs ne reçoivent aucune publicité et leurs données ne sont jamais revendue à leur insu.

Les bornes Wifi Cigale sont isolées du reste de votre réseau afin d’empêcher quelconque intrusion sur vos ordinateurs ou serveurs. Directement reliées au serveur d’Yziact grâce à un VPN (sorte de « tunnel ») sécurisé, le réseau local et les données du client sont ainsi protégés.

Proposer Cigale à ses citoyens

Le SICTIAM propose la mise en oeuvre du service Cigale à l’ensemble de ses adhérents à un tarif préférentiel (et en synergie avec le déploiement du réseau d’initiative publique dans les Alpes-Maritimes). Il assure le conseil pour l’installation des bornes et le support des utilisateurs administrateurs du réseau.

L’abonnement et les frais d’accès au service s’entendent par borne. Les frais d’accès au service sont réglés une seule fois, et intègrent la participation à la préparation, l’envoi du matériel et la contribution à l’ingénierie de la solution. L’abonnement mensuel intègre l’exploitation et la maintenance du service, ainsi que la prise de responsabilité légale par l’opérateur Yziact.

Tarif pour 3 ans d'engagement

Abonnement mensuel : 14,4€ TTC

Frais d’accès au service : 102€ TTC

Tarif pour 1 an d'engagement

Abonnement mensuel : 16,8€ TTC

Frais d’accès au service : 144€ TTC

Ces tarifs préférentiels sont proposés uniquement aux collectivités et établissements publics adhérents au SICTIAM.

Si vous le souhaitez, le SICTIAM peut réaliser l’étude préalable et l’installation des bornes (pour la partie « réseau ») aux tarifs en vigueur (180€/1/2 journée, 300€/journée), en fonction de la complexité de votre projet.

Deux modèles de bornes sont proposés, toutes deux éligibles à une installation en intérieure ou en extérieure (bornes étanches et résistantes à des températures allant de -30°C à +75°C).


La saisine par voie électronique, c'est maintenant !

[vc_row][vc_column width="2/3"][vc_column_text]

A partir du 7 novembre 2016*, les collectivités devront permettre aux usagers de les saisir par voie électronique et rendre effectif ce droit en mettant à disposition des dispositifs électroniques.

[/vc_column_text][vc_custom_heading]Qu'est-ce que la saisine par voie électronique ?[/vc_custom_heading][vc_column_text]

Depuis le 7 novembre 2015, tout usager peut saisir un service de l’État ou un de ses établissements publics par voie électronique, au lieu de se déplacer ou d’envoyer un courrier. Ce dispositif est appelé Saisine par voie électronique de l’administration (SVE). Après l’avis favorable émis par le conseil national d’évaluation des normes, le 8 septembre 2016, le dispositif sera étendu aux collectivités territoriales, à leurs établissements publics administratifs et aux organismes et personnes de droit public et de droit privé chargés d’une mission de service public administratif, y compris les organismes de sécurité sociale. Un décret sera par ailleurs pris, permettant d’écarter certaines démarches administratives du champ d’application du droit des usagers de saisir l’administration par voie électronique, essentiellement dans les domaines de l’urbanisme, dans le domaine social, ou encore s’agissant des déclarations d’intention d’aliéner.

[/vc_column_text][vc_raw_html]JTNDaWZyYW1lJTIwaGVpZ2h0JTNEJTIyNDUwcHglMjIlMjBzcmMlM0QlMjJodHRwcyUzQSUyRiUyRnd3dy55b3V0dWJlLmNvbSUyRmVtYmVkJTJGZFJBQmIwZ19BaDAlMjIlMjBmcmFtZWJvcmRlciUzRCUyMjAlMjIlMjBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4lM0UlM0MlMkZpZnJhbWUlM0U=[/vc_raw_html][vc_custom_heading]Pour quels usagers ?[/vc_custom_heading][vc_column_text]

La saisine par voie électronique est accessible à tous les usagers : particuliers, professionnels, entreprises, associations…

[/vc_column_text][vc_custom_heading]Pour quelles administrations ?[/vc_custom_heading][vc_column_text]Depuis le 7 novembre 2015, toutes les administrations de l’État et ses établissements publics peuvent être saisis par voie électronique. La SVE sera mise en place à partir du 7 novembre 2016 pour les autres autorités administratives, telles que les collectivités territoriales et les organismes de protection sociale.[/vc_column_text][vc_custom_heading]Pour quels motifs peut-on saisir l'administration par voie électronique ?[/vc_custom_heading][vc_column_text]Après s’être identifié auprès de l’administration, l’usager peut adresser par voie électronique toute demande, déclaration, document ou information à l’administration et/ou répondre à l’administration par cette voie, sans que le service concerné ne puisse lui demander de répéter ou confirmer sa saisine par une autre voie qui ne serait pas dématérialisée.[/vc_column_text][vc_custom_heading]Comment fonctionne la saisine par voie électronique ?[/vc_custom_heading][vc_column_text]Selon le service concerné, l’usager dispose :

  • d’un téléservice ciblé,
  • d’un formulaire,
  • d’une adresse de messagerie correspondant à une « boîte aux lettres » fonctionnelle.

Il est parfois nécessaire d’accompagner la demande de pièces justificatives numérisées.

Suite à l’envoi, un accusé de réception électronique est adressé à l’usager. Il assure de l’envoi et sert à calculer les délais de formation d’une éventuelle décision implicite. Il est composé de la date de réception de l’envoi électronique et de l’adresse postale (le cas échéant l’adresse électronique), ainsi que du numéro de téléphone de la collectivité.

Dans le cas où la demande de l’usager est susceptible de donner lieu à une décision implicite de rejet ou d’acceptation, la date à laquelle, à défaut d’une décision expresse, celle-ci sera réputée acceptée ou rejetée est précisée.

Dans le cas où la demande de l’usager est susceptible de donner lieu à une décision implicite de rejet, les délais et les voies de recours à l’encontre de la décision sont également indiqués.

Si la délivrance de l’accusé de réception n’est pas instantanée, un accusé d’enregistrement électronique, qui acte la date de réception de l’envoi, est adressé à l’usager dans le délai d’un jour ouvré à compter de la réception. L’accusé de réception est ensuite envoyé, par l’administration compétente, dans un délai de 7 jours à compter de l’enregistrement de l’envoi.

L’accusé de réception et d’enregistrement sont envoyés à l’adresse électronique utilisée par l’usager pour effectuer son envoi.[/vc_column_text][vc_single_image media="12238" media_width_percent="100" alignment="center"][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_column_text]

Mettre en place la SVE dans votre collectivité

Le SICTIAM propose différentes solutions pour la mise en place de la saisine par voie électronique. Faites une demande pour la mettre en place dans votre collectivité avant le 7 novembre.[/vc_column_text][vc_button button_color="accent" link="url:http%3A%2F%2Fsictiam2017.dev.sictiam.fr%2Fsaisine-par-voie-electronique-sve%2F|||"]Je veux la SVE[/vc_button][vc_icon title="Texte de référence"]

Ordonnance n°2005-1516 du 8 décembre 2005 relative aux échanges électroniques entre les usagers et les autorités administratives et entre les autorités administratives

Décret n°2015-1404 du 5 novembre 2015 relatif au droit des usagers de saisir l’administration par voie électronique

* Décret étendant la mesure aux collectivités territoriales en cours de validation auprès du Conseil d’Etat

* Décret relatif aux exceptions à l’application du droit des usagers de saisir l’administration par voie électronique concernant les démarches effectuées auprès des collectivités territoriales, de leurs établissements publics ou des établissements publics de coopération intercommunale, en cours de validation auprès du Conseil d’Etat

[/vc_icon][/vc_column][/vc_row]


Dossier Opendata : la donnée au service du citoyen

[vc_row][vc_column width="2/3"][vc_column_text]Dans l’optique du développement de« smart territoires », les données publiques devront s’ouvrir pour être réutilisables. L’actualité législative et réglementaire s’est accélérée depuis quelques mois pour pousser les administrations publiques à ouvrir leurs jeux de données dans des formats réutilisables par des machines, ceci afin de favoriser le développement de nouveaux services basés sur ces données.

Un cadre législatif en mouvement

La loi LEMAIRE, qui précise la loi NOTRe, donne l’obligation aux collectivités territoriales de plus de 3500 habitants et leurs EPCI de publier les documents publics relevant de la loi CADA de 1978 ainsi que les bases de données et autres documents d’utilité publique.

Dans le même esprit, la loi VALTER inscrit dans la loi le principe de gratuité des informations publiques. Plus récemment et dans l’élargissement de la loi NOTRe, le projet de loi pour une République Numérique oblige les administrations publiques à communiquer sur internet les documents relevant de la loi CADA.

Les objectifs du SICTIAM

Ces nouvelles lois représentent un important coût organisationnel et financier pour les collectivités territoriales. Le SICTIAM anticipe leur application pour permettre aux collectivité de répondre à ces nouvelles obligations le plus efficacement possible et en réduisant au maximum l’impact économique et humain.

L’objectif est de visualiser sous forme sémantique les données préalablement collectées par les collectivités sur leurs applications métiers en réutilisant au maximum des modèles standards existants (W3C, EU-ISA …), des données liées et des données de référence fournies par l’INSEE, Eurostat, l’ISO, etc.

Cette sémantisation des données a pour objectifs d’intégrer facilement tout nouveau jeu de données, quel que soit le métier, de contextualiser les données (référentiels) pour leur donner du sens et de faciliter leur réutilisation.

Les données seront ainsi partageables entre applications et entre les collectivités grâce au système de virtualisation de stockage Datacore d’Ozwillo. Standardisées et modélisées, les données pourront être publiées en Open data simplement et facilement réutilisables pour la création de services en ligne.

Pour favoriser la réutilisation des données, un travail de modélisation est à réaliser. L’accueil de chaque application nécessite une adaptation (une seule fois), quel que soit le nombre de collectivités utilisatrices.

Pourquoi ouvrir ses données ?

Toutes les applications seront réutilisées par d’autres territoires et permettront l’ouverture des données non-personnelles sans effort. La réutilisation des applications et leur évolution collective représente des économies d’échelle pour les collectivités. Ce projet représente une réelle innovation sociale grâce au partage de données à priori.

Le portail Open Data du SICTIAM est d’ores-et-déjà accessible et a pour vocation d’être alimenté des données produites par les adhérents du SICTIAM.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/3"][vc_column_text]

DOSSIER OPEN DATA

Des données précieuses mais difficilement exploitables

Le projet Open Data du SICTIAM

Un partenariat avec Ozwillo, plateforme open-source de données liées

Traitement des données internes aux collectivités

L’ambition du projet : un service de la données au service des usages citoyens

Sécuriser la donnée et protéger la vie privée, une nécessité avant tout[/vc_column_text][vc_single_image media="18392" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fwww.ozwillo.com%2Ffr%2F|||"][vc_single_image media="18393" media_width_percent="100" media_link="url:https%3A%2F%2Fopendata.data-ozwillo.org%2Forganization%2Fsictiam|||"][vc_raw_html]JTNDaWZyYW1lJTIwaGVpZ2h0JTNEJTIyMzAwcHglMjJzcmMlM0QlMjJodHRwcyUzQSUyRiUyRnd3dy55b3V0dWJlLmNvbSUyRmVtYmVkJTJGYUh4dl8yQk1KZnclMjIlMjBmcmFtZWJvcmRlciUzRCUyMjAlMjIlMjBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4lM0UlM0MlMkZpZnJhbWUlM0U=[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row]


Le numérique au service du système de santé

doctor-563428_640La stratégie nationale e-santé du gouvernement, présentée le 4 juillet par Marisol Touraine, définit un plan d'action d'ici 2020 pour la modernisation et l'efficience du système de santé français. Placé au cœur de la réflexion, le citoyen se verra proposer de nouveaux services pour favoriser son autonomie, renforcer et simplifier son accès aux soins. La formation tient également une place importante avec le développement de cursus pédagogiques autour du numérique pour les professionnels de santé. La simplification du cadre d'action pour les acteurs économique passera par la mise en place d'une gouvernance plus lisible et ouverte sur l'e-santé, la convergence des priorités entre acteurs publics et économiques, la clarification des voies d'accès au marché des solutions e-santé et le déploiement d'un cadre d’interopérabilité pour l'intégration des innovations. Enfin, cette stratégie mise sur la modernisation des outils de régulation de notre système de santé pour en assurer sa sécurité.

Consulter le détail de la Stratégie nationale e-santé 2020


Les schémas des usages et services numériques, de pair avec la construction des RIP

smartphone-570513_1280La Fédération des industriels des réseaux d'initiatives publique (Firip), créée en 2012, a modifié, à l'occasion d'une assemblée générale extraordinaire le 21 juin dernier, ses statuts pour l'introduction de l'ensemble des activités liées aux réseaux très haut débit. Jusqu'alors concentrée sur la construction des infrastructures, cette dernière intègre désormais dans son champ d'actions la mise en oeuvre de services numérique associés.

Lire la news sur www.localtis.info


Une école du numérique ouvre ses portes à Nice

computer-1185569_1280Une nouvelle école, financée par la Métropole Nice Côte d'Azur et la Ville de Nice, avec la collaboration de l'école Simplon et de l'association Le Hublot, ouvrira ses portes aux jeunes de moins de 30 ans en quête d'un métier ou dans le cadre d'une reconversion professionnelle. Située dans à l'Est de Nice, ce nouvel établissement pour la formation des jeunes aux métiers du numérique recrutera notamment des élèves issus de quartiers populaires.

Lire la news sur www.webtimemedias.com


La génération future des écrans connectés dans les transports naît à Sophia

train-station-918441_1920Deux sociétés sophipolitaines,  Think&Go (écrans connectés communicants) et ASK (spécialiste du sans-contact pour les transports), s'associent pour créer la future génération d'écrans connectés dans les transports publics. En plus de l'information "classique" mise à disposition de l'usager, de nouveaux services lui seront bientôt proposés : achat dans les magasins de proximité, télécharger l'extrait d'un livre, recharger sa carte de transport...

Lire la news sur www.webtimemedias.com

 


PACA, une région smart !

drapeau provence alpes cote d'azurDans le cadre du projet Flexgrid pour lequel la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur a été désignée lauréate, la Région et les Echos Events organisent lundi 13 juin, de 17h30 à 20h30, un événement sur le thème "Faire de Provence-Alpes-Côte d'Azur la 1ère Smart Région d'Europe".  Christian ESTROSI, Président de la Région PACA et Bernard KLEINHOFF, conseiller régional et président de la commission Industrie, Innovation, Nouvelles Technologies et Numérique introduiront et clôtureront les tables rondes sur "Flexgrid : la vitrine de l'intelligence énergétique" et sur les "impacts des SmartGrids pour les entreprises et territoires de Provence-Côte-d'Azur". Les inscriptions sont gratuites et ouvertes à tous.

Lire la news sur www.webtimemedias.com