La Vallée de la Tinée en dématérialisation totale depuis fin décembre

Depuis plusieurs années, le SICTIAM accompagne les collectivités vers la dématérialisation de bout-en-bout de leurs documents. A la fin du mois de décembre 2016, la Vallée de la Tinée passait définitivement le cap avec le passage en « Full Demat' » de toutes les collectivités du territoire. Bertrand MARTY, chef de centre des Finances Publiques de Vallée de la Tinée, témoigne…

Bertrand MARTY, accompagné des agents et élus de la Vallée de la Tinée.

« Réformer est toujours difficile et le faire dans l’administration n’échappe pas à cette règle.
Alors quand nous avons la possibilité de le faire et que c’est réussi, il ne faut pas se priver d’afficher sa fierté.

Nous avons réussi en un an à totalement dématérialiser les relations entre les administrations territoriales et hospitalière de la Vallée de la Tinée (Mairies , Hôpital, Syndicats,  dont notamment le Syndicat Mixte des Stations du Mercantour) et l’administration des finances publiques (Centre des Finances Publiques de la Vallée de la Tinée) puis la Chambre Régionale des Comptes.

Très concrètement, les mairies, l’hôpital Saint-Maur, les syndicats, n’envoient plus de « papiers » à leur comptable (factures, bordereaux d’envois signés à la trésorerie). Tout est dématérialisé (FullDémat) y compris la signature qui devient électronique.

La comptabilité (matériellement les factures, les mandats, les titres et bordereau de mandats et titres) de ces collectivités qui est tenue par le comptable public est également dématérialisée et ne fera plus l’envoi par transporteurs des documents comptables dénommés compte de gestion à la Chambre Régionale des Comptes qui y accédera en lecture directe.

Je tiens à remercier l’ensemble des acteurs de cette dématérialisation locale à savoir les Maires, Présidents, et Directeurs ainsi que la Direction Départementale des Finances Publiques et l’équipe du Centre des Finances Publiques de la Vallée de la Tinée, le SICTIAM mais aussi et surtout les secrétaires de mairies qui ont réussi à aplanir nos montagnes de la Vallée de La Tinée en rapprochant nos administrations grâce à l’informatique.

Cela tient du miracle alors !
Non cela tient surtout à des équipes de secrétaires de mairies motivées et solidaires à qui je rend chaleureusement hommage ! »

Le Chef de Centre des Finances Publiques de Vallée de la Tinée
Bertrand Marty


Déployer un Wifi public "Cigale" sur le territoire avec le SICTIAM

Depuis octobre 2016, le SICTIAM propose à ses adhérents la mise en oeuvre d’un réseau territorial de Wifi public appelé « Cigale ».

Issu d’un partenariat entre le Pôle Numérique et la société Yziact (Drôme, 2014), ce réseau de bornes Wifi se déploie progressivement sur tout le territoire français et dans tous types de lieux publics : entreprises, offices de tourismes, communes… L’intérêt du dispositif consiste à permettre aux touristes, habitants, salariés d’accéder à une connexion internet de façon continue, transparente et homogène.

Simplifier l'accès au Wifi public

L’usager, identifié une première fois, est reconnu et automatiquement connecté partout où les hotspots Cigale sont activés.

La solution, gratuite pour l’utilisateur final, répond aux nouveaux besoins des citoyens de plus en plus mobiles et connectés. L’accueil des touristes est amélioré avec l’installation de bornes en places publiques, dans les médiathèques ou les musées.

Le développement du commerce local est favorisé avec des habitants connectés « comme à la maison » au restaurant, chez le coiffeur, dans les cafés et les professionnels en mobilité bénéficient d’une connexion fluide pendant leurs déplacements.

Une solution simple et rapide pour les collectivités

La mise en oeuvre du Wifi Cigale est facilement accessible pour la collectivité désireuse de déployer ce mode de service public numérique. Il lui suffit de choisir les emplacements et de connecter les bornes à son réseau. Le SICTIAM joue son rôle de conseil et accompagne la collectivité dans ses choix.

Une connexion légale et sécurisée

Tout fournisseur d’accès Wifi à un public est tenu de mettre en place un système d’authentification des utilisateurs. Avec la solution Cigale, le respect de la réglementation et des obligations légales sont garanties par la société Yziact, opérateur de télécommunication déclaré à l’ARCEP. En s’authentifiant sur la plateforme d’administration, la collectivité accède à un portail pour gérer ses bornes. Elle peut par exemple limiter le volume de téléchargement ou d’envoi afin de préserver sa connexion.

Le dispositif Cigale respecte également le principe de neutralité du net qui garantit la non-discrimination des communications des utilisateurs. Cela signifie que, par défaut, aucun contenu ni aucun protocole n’est bloqué, à chaque établissement d’instaurer sa propre politique de filtrage.

Et les données ?

Les collectivités disposent ainsi des statistiques d’utilisation du service : nombre de connexion, volume de données échangées, types de périphériques utilisés, navigateurs et systèmes d’exploitation des utilisateurs, langage des appareils, déplacement des utilisateurs sur le territoire couvert… Ces statistiques pourront être utilisées par les collectivités pour créer un observatoire sur le territoire.

Toutes les données, anonymisées et disponibles en temps réel, sont réutilisables dans des applications, cartographies, visualisation, etc. Elles sont également mises à la disposition de l’ensemble du réseau open data de l’Etat français data.gouv.fr.

Une chartedu réseau Cigale garantit le caractère confidentiel des donnéespersonnelles collectées. Elles ne sont utilisées qu’à des fins d’exploitation du service et pour le respect des obligations légales. Les utilisateurs ne reçoivent aucune publicité et leurs données ne sont jamais revendue à leur insu.

Les bornes Wifi Cigale sont isolées du reste de votre réseau afin d’empêcher quelconque intrusion sur vos ordinateurs ou serveurs. Directement reliées au serveur d’Yziact grâce à un VPN (sorte de « tunnel ») sécurisé, le réseau local et les données du client sont ainsi protégés.

Proposer Cigale à ses citoyens

Le SICTIAM propose la mise en oeuvre du service Cigale à l’ensemble de ses adhérents à un tarif préférentiel (et en synergie avec le déploiement du réseau d’initiative publique dans les Alpes-Maritimes). Il assure le conseil pour l’installation des bornes et le support des utilisateurs administrateurs du réseau.

L’abonnement et les frais d’accès au service s’entendent par borne. Les frais d’accès au service sont réglés une seule fois, et intègrent la participation à la préparation, l’envoi du matériel et la contribution à l’ingénierie de la solution. L’abonnement mensuel intègre l’exploitation et la maintenance du service, ainsi que la prise de responsabilité légale par l’opérateur Yziact.

Tarif pour 3 ans d'engagement

Abonnement mensuel : 14,4€ TTC

Frais d’accès au service : 102€ TTC

Tarif pour 1 an d'engagement

Abonnement mensuel : 16,8€ TTC

Frais d’accès au service : 144€ TTC

Ces tarifs préférentiels sont proposés uniquement aux collectivités et établissements publics adhérents au SICTIAM.

Si vous le souhaitez, le SICTIAM peut réaliser l’étude préalable et l’installation des bornes (pour la partie « réseau ») aux tarifs en vigueur (180€/1/2 journée, 300€/journée), en fonction de la complexité de votre projet.

Deux modèles de bornes sont proposés, toutes deux éligibles à une installation en intérieure ou en extérieure (bornes étanches et résistantes à des températures allant de -30°C à +75°C).


Un bâtiment dédié au numérique à Montpellier

000361172_illustration_largeLa Ville de Montpellier a décidé de réaménager l'ancien bâtiment de la mairie en un bâtiment "Totem" du numérique. Habillé de la tête au pied, l'immeuble arborera, à l'extérieur, le coq rose de la French Tech et accueillera, à l'intérieur, 3600m² de bureaux pour les start-up et entreprises du numérique. Un chantier de 1,7 millions d'euros, investis par la Montpellier Méditerranée Métropole, de câblage et aménagement qui sera inauguré à l'automne 2016.

Lire la news sur www.usine-digitale.fr


PACA, une région smart !

drapeau provence alpes cote d'azurDans le cadre du projet Flexgrid pour lequel la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur a été désignée lauréate, la Région et les Echos Events organisent lundi 13 juin, de 17h30 à 20h30, un événement sur le thème "Faire de Provence-Alpes-Côte d'Azur la 1ère Smart Région d'Europe".  Christian ESTROSI, Président de la Région PACA et Bernard KLEINHOFF, conseiller régional et président de la commission Industrie, Innovation, Nouvelles Technologies et Numérique introduiront et clôtureront les tables rondes sur "Flexgrid : la vitrine de l'intelligence énergétique" et sur les "impacts des SmartGrids pour les entreprises et territoires de Provence-Côte-d'Azur". Les inscriptions sont gratuites et ouvertes à tous.

Lire la news sur www.webtimemedias.com

 


Le numérique pour développer l'activité des stations de montagne

Les 18 et 19 mai derniers, l'Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM) a fêté ses 70 ans à Nice. Créée à l'origine en 1946 pour reconstruire les équipements de station détruits pendant la seconde guerre mondiale, il n'y avait alors à l'époque que 41 stations françaises réparties dans les massifs montagneux.

En 1978, les maires de stations demandent à s'investir plus dans le projet pour la promotion des stations et le développement de leur activité technique, juridique et touristique.

anmsm

Aujourd'hui, l'ANMSM regroupe près de 130 stations de montagne pour lesquelles elle met en oeuvre une forte politique de communication. Depuis deux ans, l'objectif de son Président, Charles-Ange GINESY, est de rendre plus accessible l'association en abaissant le coût des cotisations d'adhésion de 20%.

Partenaire de l'événement, le SICTIAM était présent lors de l'Assemblée Générale de ses 70 ans. Organisée au Palais des Rois de Sardaigne à Nice, la journée était placée sous le signe du numérique. Considéré comme un élément fondamental pour l'avenir des stations de montagne. En effet, "la clientèle vit aujourd'hui dans une société numérique et entend rester connectée", souligne Charles-Ange GINESY, c'est pourquoi il est indispensable que les stations de montagne s'inscrivent dans les Schémas d'aménagement numérique des territoires. Il est désormais question, au plan régional en PACA, de développer le Big data dans les stations pour l'amélioration du service à l'usager.


Montpellier, smart city aux bâtiments intelligents

Après trois ans de partenariat R&D en matière de smart city avec IBM, Montpellier reprend les rênes de ses données et se lance dans la seconde phase de son développement en tant que ville intelligente. En créant un large concept de bâtiments intelligents, la ville de Montpellier se veut plus applicative, collaborative et à l'initiative d'une réelle communauté. Deux projets ont déjà été élaborés dans cette voie. Le quartier Mantilla a pour objectif la création d'une communauté éco-responsable avec l'installation de capteurs et la sensibilisation des habitants au suivi de leur consommation énergétique. La second projet, Eureka, devrait aboutir en 2018 pour le maintien des personnes âgées à domicile. Logements adaptés, conciergerie 2.0 et services innovants sont à la clé de ce programme.

Lire la news sur www.atelier.net

1264786_747_obj8368605-1_667x333


L'Internet des objets pour promouvoir le territoire

maldives-666118_1920Le 26 avril dernier s'est réunie la commission m-Tourisme lors de laquelle 35 professionnels du tourisme et entrepreneurs locaux ont échangé sur leurs innovations en matière de "m-Tourisme" et "d'IoT". La thématique centrale posait la question aux intervenants de l'apport de l'Internet des objets dans la promotion touristique. Patrick Duverger, de la Ville d'Antibes, a notamment apporté un retour d'expérience du projet Beacons@Antibes qui consiste à placer des capteurs sur ses monuments historiques pour une visite de la ville guidée par son smartphone.

Lire la news sur www.webtimemedias.com


Lutter contre le bruit dans une smart city

headphones-925789_1920La Métropole Nice Côte d'Azur et le Centre d'Information et de Documentation sur le Bruit (CIDB) organisent le jeudi 28 avril au Parc Phoenix un colloque sur l'amélioration de l'environnement sonore dans la ville intelligente et connectée. Ouverte aux élus, agents des collectivités et professionnels, cette journée sera l'occasion pour la Métropole de dresser le bilan de son plan de prévention du bruit dans l'environnement et d'annoncer les suites engagées.

Lire la news sur www.webtimemedias.com


L'économie collaborative au service des territoires

L'association Ouishare réunissait le 21 avril à Lille un ensemble d'entrepreneurs, de responsables associatifs, de fonctionnaires et d'élus autour du thème de l'économie collaborative "au service des territoires". Il s'agit de mener une réflexion sur ce que peut être un "territoire collaboratif" afin d'expérimenter une vingtaine de projets. Les usages de la "smart city" et de l'Open data, la transition énergétique, l'industrie ou encore l'agriculture se sont trouvés au cœur du débat.

Lire la news sur www.localtis.info

png


Trois entreprises azuréennes classées au top 500 de la Tech française

computer-767776_1920Publié par le site Frenchweb.fr, le palmarès des 500 premières entreprises de la Tech française place trois sociétés azuréennes au classement. Full Performance (web marketing); Wizishop (e-commerce) et Easypharmacie (parapharmacie en ligne) figurent parmis les 500 entreprises françaises au plus fort potentiel de croissance.

Lire la news sur www.tribuca.fr